Conseils

Fertilisation du blé

Du blé

Le blé est l’une des céréales les plus cultivées au monde et a un rendement de production qui dépasse largement celui des autres céréales considérées comme inférieures au blé. Sur la base de la variété de blé cultivé et produit, on distingue le blé dur et le blé tendre. Les deux sont utilisés en nutrition humaine et le blé dur contient plus de protéines que le blé tendre. De la semoule et de la semoule de blé dur sont produites, tandis que les farines sont obtenues à partir de blé tendre. Les farines de blé sont utilisées pour la panification et pour la fabrication de pâtes, de confiseries et de biscuits. En particulier, le blé dur est connu et utilisé pour la préparation de pâtes et de pain. Les principaux composants de la farine de blé sont le gluten, l’amidon, la dextrine, les sucres, les minéraux, de petites quantités de corps gras, de vitamines, de phosphates et de substances colorantes. Grâce aux nouvelles techniques de broyage, le germe est séparé du caryopse et, à partir de celui-ci, une huile jaune foncé est obtenue qui est utilisée dans la fabrication de savons. Il faut dire aussi que la paille vient aussi de la culture du blé. Il est utilisé pour remplir la litière du bétail dans les étables, pour fabriquer du papier et pour préparer le son.

Fertilisation


La qualité productive du blé est étroitement liée aux fertilisations, c’est-à-dire aux éléments nutritionnels qui sont administrés et qui sont essentiels à la croissance de la céréale. La fertilisation est une pratique culturale qui est d’une importance fondamentale dans la culture des plantes. C’est une phase délicate de leur cycle de vie surtout si la plante subit sur elle des effets négatifs qui dépendent des conditions climatiques ou des mauvaises conditions du sol utilisé pour la culture. Des fertilisations précises et excellentes garantissent un bon rendement productif tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Les éléments essentiels dans la culture du blé sont l’azote, le phosphore et le potassium, dans certains cas même le soufre. L’azote est l’élément par excellence qui joue le rôle le plus important pour la qualité du blé. Un bon producteur doit savoir ces choses et doit être conscient des quantités de nutriments à fabriquer. Les quantités dépendent de certains facteurs, à savoir le type de sol, la fertilité, les facteurs climatiques, les interventions prévues et d’autres caractéristiques. La règle principale qui garantit une excellente production de blé est d’apporter de l’azote, du phosphore et, si nécessaire, du potassium lors de la préparation du sol ou lors des semis. les interventions prévues et d’autres caractéristiques. La règle principale qui garantit une excellente production de blé est d’apporter de l’azote, du phosphore et, si nécessaire, du potassium lors de la préparation du sol ou lors des semis. les interventions prévues et d’autres caractéristiques. La règle principale qui garantit une excellente production de blé est d’apporter de l’azote, du phosphore et, si nécessaire, du potassium lors de la préparation du sol ou lors des semis.

Importance de l’azote

Le blé a besoin d’une bonne fertilisation azotée aussi bien en phase de pré-semis qu’en phase de récolte. Fertiliser le blé avec des engrais azotés n’est en aucun cas chose aisée car il n’est pas aisé de déterminer la quantité d’azote qui doit être administrée au le sol et la plante. Les quantités à administrer dépendent du type de sol utilisé pour la culture et des conditions climatiques dans lesquelles la plante doit être cultivée. La quantité idéale d’azote à administrer à la plante varie également en fonction des précipitations dans cette zone. En effet, dans les zones pluvieuses, la majeure partie de l’azote est emportée et n’est donc plus absorbable par les racines de la plante. Pour éviter ces problèmes, les chercheurs et experts ont «créé» un engrais avec un inhibiteur de nitrification. Cela permet de stabiliser la molécule d’azote en assurant la libération vers la plante avant tout type de réaction chimique favorisant la formation de nitrates. Grâce à ce procédé, les pertes d’engrais azotés sont de plus en plus réduites.

Fertilisation du blé : Engrais : lesquels et comment les utiliser

Les engrais à utiliser sont des engrais nitriques, organiques, ammoniacaux et nitroammoniacs à libération lente ou contrôlée. Les engrais nitriques sont ceux qui subissent les plus grandes pertes, les organiques ne sont pas toujours disponibles et sont ceux qui durent le plus longtemps, les ammoniacaux sont similaires aux organiques, les nitro ammoniacaux sont ceux qui perdent immédiatement une partie de l’azote. Les engrais à libération lente ou à libération contrôlée sont ceux qui sont dilués dans l’eau et sont libérés beaucoup plus lentement que ceux à l’azote nitrique. La fécondation du blé se déroule en trois phases : du semis à la levée, de la levée à la floraison et de la floraison à la récolte. Dans la première phase, la plante absorbe peu de nutriments dont l’azote. Elle doit être réalisée entre les périodes d’automne et d’hiver et une plus petite quantité d’azote doit être ajoutée. Les engrais à base d’azote doivent également être administrés en période de pré-semis mais en quantités très limitées. En cas de pluie, la fertilisation à effectuer est très différente, il faut administrer moitié des engrais ammoniacaux et l’autre moitié des engrais nitriques. Les engrais nitriques doivent être administrés environ un mois après la période de levée.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.