Conseils

La culture du romarin, comment le faire

Culture du romarin : l’approvisionnement en eau

Culture du romarin : l’apport en eau doit être modéré, n’intervenant qu’en cas de stricte nécessité. Lorsque la plante est très jeune, nous devrons humidifier le sol à plusieurs reprises, en essayant de ne pas trop en arroser, surtout si notre romarin est à l’extérieur, dans une saison caractérisée par des pluies suffisamment intenses. Il en va de même pour la bouture prélevée sur une plante mère : le sol doit être maintenu humide, le plus constamment possible et sans exagérer. Lorsque le plant de romarin est adulte, à partir de la deuxième année, s’il apparaît vigoureux et productif, il n’y a pas lieu d’intervenir. Ce n’est que pendant l’été que nous devrons arroser le romarin si la saison est particulièrement sèche. Une fois grand,

Comment prendre soin du romarin


Le romarin n’est pas une plante particulièrement exigeante et peut être cultivé avec succès même par des personnes qui n’ont pas la main verte. Il pousse très bien dans toutes les régions d’Italie et s’adapte aux différentes situations climatiques. La meilleure solution est d’acheter, pour quelques euros, un jeune plant d’au moins un an chez un revendeur spécialisé en jardinage ou en pépinière. Il suffira de le verser dans un récipient plus grand ou, mieux, de le placer directement dans la maison. Le romarin est une plante qui peut être cultivée sur le balcon ou la terrasse mais dans le jardin il sera parfaitement à l’aise, produisant d’excellentes rameaux sans soins particuliers. Ce sera plus que suffisant pour garder la zone où nous la plantons propre en enlevant périodiquement les mauvaises herbes.

Fertilisation et sol


Il n’y a pas de recommandations excessives pour bien faire pousser une plante de romarin. Les seules difficultés se trouvent dans la culture en pot. Dans ce cas, il vaut mieux opter pour des récipients en terre cuite, qui absorbent bien mieux l’humidité que le pot en plastique classique. On peut préparer le sol universel en l’enrichissant à l’avance avec un peu de compost ou d’engrais granulaire mais ce n’est généralement pas nécessaire. Au lieu de cela, il est important d’assurer un bon drainage pour la plante de romarin. En plein champ, nous travaillerons la terre en profondeur, en choisissant un espace dans le jardin ou le potager avec de bonnes caractéristiques d’absorption des précipitations atmosphériques. En pot, par contre, on peut utiliser de l’argile expansée, à placer sous la terre. Éventuellement,

Culture du romarin, comment le faire : Exposition, climat, maladies, récolte


Le romarin est une plante assez rustique qui est rarement attaquée par des maladies dangereuses. Il s’agit généralement d’un jaunissement des rameaux dû à une mauvaise exposition ou à des pratiques d’irrigation incorrectes. Il faudra donc simplement retirer les brindilles abîmées et attendre que le romarin redevienne vert. Avec la croissance la résistance de la plante augmente et il ne sera pas nécessaire de prévenir avec des produits chimiques. En effet, il est bon de garder la plante dans l’état le plus naturel possible, étant donné que l’on va goûter les brindilles. Il s’adapte à tous les types de climats et tolère bien les hivers rigoureux. il n’est pas nécessaire de pailler le sol et il suffira de le nettoyer des mauvaises herbes. La récolte du romarin doit se faire avec un outil tranchant, qui produit une coupe nette,

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.