Conseils

Qu’est-ce qu’un jardin agroécologique et comment le mettre en place

Le jardin agroécologique est un système agricole qui, grâce à l’utilisation de techniques de conservation et d’amélioration du sol et de l’écosystème, parvient à obtenir des aliments de la plus haute qualité nutritionnelle et sensorielle tout en respectant l’environnement . Dans l’agriculture écologique ou biologique, aucun produit chimique de synthèse n’est utilisé, réalisant ainsi des agroécosystèmes socialement et écologiquement durables.

Si vous souhaitez mettre en place un jardin agroécologique , cet article vous sera très utile pour être clair sur les démarches à entreprendre pour créer votre jardin bio ou écologique.

Nous vous conseillons également les graines bio à utiliser , les meilleures jardinières, les bacs et tables de culture pour votre jardin et les livres indispensables pour tout savoir sur le jardinage bio .

Quelles sont les caractéristiques d’un jardin agroécologique ?

Certaines des caractéristiques les plus remarquables du jardin agroécologique sont :

  • Production de légumes à hautes valeurs nutritionnelles et surtout sains. Les plantes cultivées dans ce système contiennent une plus grande quantité de vitamines et de minéraux que celles produites avec des produits agrochimiques.
  • Les légumes du jardin biologique, en raison de leur teneur élevée en vitamines et minéraux, renforcent le corps de la personne, le rendant plus résistant aux maladies et aux infections.
  • L’utilisation soutenue du sol est encouragée, évitant sa détérioration. La lutte contre les ravageurs et les maladies des plantes est biologique. Le semis de certaines espèces agit comme répulsif contre les insectes.
  • Le jardin biologique permet de préserver l’existence des plantes indigènes, à défaut de quoi, un déséquilibre de l’environnement et la prolifération de parasites peuvent se produire.
  • En produisant votre propre nourriture, vous contribuez à l’économie du ménage.

Localisation et organisation du jardin bio

Il est très important, lors du choix de l’emplacement du jardin, de considérer trois aspects :

  1. Que l’endroit soit ensoleillé
  2. Qui est proche de la maison et a un accès facile
  3. C’est près d’une source d’eau

Si vous avez un très bon sol mais sans les conditions ci-dessus, il est préférable de choisir un sol qui n’est pas si bon mais qui a ces conditions. Il est beaucoup plus facile d’améliorer la qualité du sol que de modifier les conditions environnementales.

Préparation du sol

La préparation du sol est peut-être l’une des tâches les plus importantes lorsque nous aménageons un potager, car le développement des cultures dépendra en grande partie de cette tâche.

Pour commencer, quel que soit le type de sol dont vous disposez, l’ajout de matière organique est recommandé, puisque :

  • Augmente la capacité des sols sableux à retenir l’eau.
  • Adoucit les sols lourds (argile) en augmentant leur aération et en améliorant la croissance des racines.
  • Il sert de nourriture aux organismes du sol.
  • Fournit des nutriments disponibles pour les plantes.

.

Pour l’ajout de matière organique, nous pouvons utiliser:

  1. Compost organique ou “compost”.
  2. Humus de vers de terre.
  3. Fumier d’animaux de basse-cour composté.

Si nous utilisons du compost ou des vers de terre, il faut l’ajouter à raison de 30 kg pour 10 m 2 de terrain.

Dans le cas du fumier, 1 à 2 kg/m 2 doivent être appliqués , et si le sol est très sablonneux, on peut appliquer jusqu’à 5 kg/m 2 pour obtenir de meilleurs résultats.

La préparation du sol doit être faite, si possible, un mois avant le semis, surtout si nous utilisons du fumier. Sinon, nous pouvons le faire sans trop d’anticipation.

Maintenant, pour préparer le sol, nous devons suivre les étapes suivantes :

  1. Épandre une couche de 2 à 5 kg de compost organique ou de fumier par m 2 de terrain. Mélanger avec les 10 premiers cm de terre.
  2. Avec la pelle pointue, enterrez 30 cm, soulevez et déposez la terre en la retournant (il faut effectuer cette opération sur toutes les terres destinées au verger). De cette façon, nous allons mélanger la matière organique dans le sol et nous laisserons le sol mou pour que les racines se développent mieux.
  3. Allez enlever les grosses pierres.
  4. Lorsque vous avez retourné tout le terrain, ratissez pour niveler et cassez les mottes.

Une fois le sol préparé, nous pouvons procéder à la préparation des platesbandes ou plates-bandes , qui sont les structures dans lesquelles nous allons planter ou transplanter.

Préparation de lits hauts ou de terrasses

Les lits mezzanine sont idéaux lorsque vous avez peu de terrain, car ils vous permettent de faire bon usage de l’espace.

Pour commencer, des bandes de 1 mètre de large et de 15 mètres de long au maximum sont balisées en laissant un couloir d’environ 50 cm entre elles pour permettre la circulation. Si la pente le permet, les bandes doivent être orientées du nord au sud.

La procédure est la suivante :

Le nombre de terrasses ou de plates-bandes à réaliser dépendra de la taille du terrain destiné au jardin.

Dans les parterres hauts, vous pouvez combiner des plantes de différentes tailles.

Semis

La plupart des légumes sont multipliés par graines, pour lesquelles nous aurons besoin d’avoir des graines de bonne qualité pour notre jardin.

Quelques paramètres de qualité à prendre en compte lors de l’achat de semences :

  • Pureté variétale : toutes les graines doivent être de la même variété.
  • Pureté physique : ils doivent être propres, sans particules étrangères, déchets ou mauvaises herbes.
  • Assainissement : non contaminé par des parasites et des maladies.
  • Pouvoir de germination : la plupart des graines devraient pouvoir germer lorsqu’elles ont la bonne température et la bonne humidité.
  • Vigueur : les graines doivent germer rapidement et les plantules doivent être vigoureuses.

Ces données doivent être présentes dans l’emballage des graines, pour s’assurer qu’elles sont de bonne qualité. La recommandation que nous vous faisons ECOagricultor est que vous utilisiez des semences certifiées biologiques pour vous assurer qu’elles sont de la meilleure qualité.

Il y a deux façons de semer :

  • Semis direct : Les graines sont placées directement dans le champ final où elles pousseront. Cette méthode est utilisée pour les légumes à grosses graines qui résistent aux variations climatiques. Exemple : carotte, coriandre, radis.
  • Semis et transplantation : Cette méthode est utilisée lorsque la graine est très petite et nécessite des soins particuliers pour germer. Exemple : laitue, chou-fleur, tomate.

Un autre aspect très important à considérer est la profondeur de semis, qui dépendra de la taille de la graine que nous semons, par exemple :

.

Une fois que nous avons les graines en place, nous les recouvrons et tapotons doucement le sol avec une pelle ou une houe.

Enfin il faut arroser, de préférence avec un arrosoir. La terre doit toujours avoir un peu d’humidité, pour laquelle il faut arroser fréquemment mais pas trop. Lorsque les plantes commencent à sortir, il peut être arrosé par sillon, par aspersion ou par goutte à goutte, selon le système que nous utilisons.

En général, selon les espèces, au bout de 5 ou 10 jours les semis seront déjà en croissance. Lorsqu’elles ont 3 à 4 feuilles, il faut procéder à un éclaircissage , en éliminant les plantes en excès (les plus petites, malades, etc.) jusqu’à laisser la distance définitive.

 

Transplantation

Si au lieu de semer les graines, on place des plantes avec plusieurs jours de croissance, on parle alors de transplantation. Il est fortement recommandé que les plantes que nous allons mettre en terre aient un pain de terre dans leurs racines, car ainsi le stress post-transplantation est moindre, et une meilleure adaptation au nouveau lieu où elles se développeront jusqu’à la récolte. est favorisé. .

Immédiatement après la greffe, il faut procéder à l’irrigation.

A partir de ce moment nous devrons effectuer certaines tâches périodiques pour maintenir notre jardin en bon état :

  1. Irrigation : il est important de n’ajouter que l’eau nécessaire, ni plus, ni moins. Cela dépendra de certains facteurs comme la météo (s’il fait chaud et sec il faut arroser plus souvent), le type de sol (si le sol est sablonneux et meuble, il faut arroser plus souvent mais avec peu d’eau à chaque fois ) et le type de culture (plus les racines de la culture sont profondes, moins les arrosages sont fréquents mais avec beaucoup d’eau à chaque fois).

 .

  1. Désherbage : lorsque poussent dans le verger des plantes qui n’ont pas été plantées et que nous ne voulons pas les avoir, nous devons les déraciner, car elles rivalisent avec nos cultures pour la lumière, les nutriments et l’eau.

 .

  1. Le buttage : cette pratique consiste à amener de la terre à la base de la plante avec une houe, et se fait généralement lorsque les plantes sont déjà développées et fermes, afin de :
  • Améliorer l’aération du sol.
  • Améliorer la conservation de l’humidité.
  • Aide à soutenir les plantes, les rendant plus résistantes au vent et à leur propre poids.
  • Réduire l’attaque des maladies.

 .

  1. Lutte antiparasitaire : nous devons lutter contre les insectes qui endommagent nos cultures, parmi les plus courants :
  • Vers ou larves : Certains vers sont les enfants des papillons et éclosent 4 ou 5 jours après avoir pondu leurs œufs derrière les feuilles.
  • Pucerons : Les pucerons sont des insectes ou petits moustiques de différentes couleurs, ils sont généralement verts ou noirs. Ceux-ci sucent la sève des plantes et avec leurs piqûres, ils jaunissent, s’enroulent et se dessèchent les feuilles et les pousses tendres.
  • Les limaces : Elles apparaissent en abondance en saison des pluies, lorsqu’il y a une humidité permanente. Ils sont actifs la nuit et se cachent à l’aube dans des endroits sombres. Les limaces mangent les feuilles de la plupart des légumes.

Lorsqu’elles ne sont pas nombreuses, on peut les éliminer manuellement, mais lorsqu’elles sont en plus grande quantité, on peut recourir à différentes méthodes pour leur contrôle (pièges, barrières, sprays avec solution savonneuse).

  1. Contrôle des maladies : si nous constatons que les plantes paraissent jaunes ou avec d’autres couleurs qui ne sont pas normales, fanées ou tombées, faibles ou avec des fruits pourris, il peut s’agir d’une maladie. Le meilleur moyen de les prévenir est d’utiliser des semences de bonne qualité et des variétés résistantes, d’éviter la stagnation de l’eau et de lutter contre les insectes et les mauvaises herbes, car ils peuvent être vecteurs de maladies.

 .

Récolter

Les légumes doivent être récoltés à leur bon point de maturité, car nous veillerons à ce qu’ils aient la meilleure teneur en nutriments, tout en étant plus savoureux.

Quelques conseils pour la récolte :

  • Récoltez aux heures les plus fraîches de la journée. Tôt le matin ou en fin d’après-midi, quand il fait frais.
  • Tout ce qui est récolté ou collecté, placez-le à l’ombre.
  • Soignez les produits de la récolte. Ils ne doivent pas être frappés, pressés ou cassés avec les ongles.
  • Dans le cas de l’oignon, de l’ail, du potiron et de la pomme de terre, il doit être récolté lorsque les feuilles sont sèches. Cela signifie que ces légumes sont prêts à être récoltés.
  • Utilisez un couteau bien aiguisé pour couper les légumes à feuilles et séparer les fruits des plantes.
  • Lors de la récolte des légumes racines (comme les betteraves) et des légumes bulbes (comme les radis), ameublir d’abord le sol avec un râteau ou une pelle. Cela évite d’endommager le produit lors de son retrait.
  • Laissez un morceau de tige attaché au fruit (le pédoncule). Dans de nombreux fruits tels que le melon, la courge et les poivrons, un morceau de pédoncule est laissé attaché au fruit afin que les maladies ne pénètrent pas par la blessure qui se produit lors de la séparation.

Images de la FAO
.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *