Conseils

Sarriette des montagnes

Généralité

La sarriette des montagnes, aussi appelée sarriette d’hiver, appartient à la famille des Labiates, au genre Satureja et à l’espèce montagnarde. C’est une plante vivace, de 40-50 cm de haut et 30 cm de large, au port buissonnant, aux tiges très ramifiées, rampantes ou dressées, lignifiées à la base, herbacées, vertes et poilues au sommet ; les racines sont fibreuses, circulaires et pivotantes. Les feuilles sont opposées, plus grandes que celles de la sarriette domestique, lancéolées, pointues, lisses, brièvement pétiolées et d’un vert vif tirant sur le gris. Les fleurs sont hermaphrodites, petites, de couleur blanche et rassemblées en inflorescences à l’aisselle des feuilles et situées à l’apex des tiges ; la floraison a lieu pendant l’été. Les graines sont arrondies, petite et d’une couleur très foncée tendant au noir. Les parties végétales utilisées sont les feuilles, caractérisées par un arôme plus intense et épicé que celui des espèces estivales, et les inflorescences.

Climat et relief

La sarriette des montagnes préfère les climats tempérés, mais elle se développe également dans des environnements caractérisés par des hivers rigoureux car elle tolère des températures de plusieurs degrés en dessous de zéro. Les meilleures expositions sont des environnements complètement ensoleillés, mais il s’adapte également aux zones partiellement ombragées. En termes de sol, la sarriette est une espèce adaptable, elle préfère les sols meubles, calcaires, pauvres, secs et bien drainés, tout en évitant ceux qui sont trop compacts car sujets à la stagnation de l’eau. C’est une espèce originaire des régions montagneuses du sud de l’Europe, elle pousse spontanément en montagne sur des sols arides et rocailleux, le long des routes et chemins jusqu’à une altitude de 1400-1500 m.

Propagation

La sarriette des montagnes se multiplie par graine, par division de touffes et par rejeton.

Le semis s’effectue directement en pleine terre en automne et, principalement, en pépinière à partir de novembre-décembre. Dans ce dernier cas, les graines sont placées dans des conteneurs avec un substrat léger et fertile qui doit être humidifié, pour favoriser la germination les graines doivent être traitées avec des hormones et ont besoin d’un environnement lumineux, elles ne doivent donc pas être enterrées ; au printemps, les semis sont prêts à être repiqués. La division des touffes se pratique en automne ou au printemps et consiste à prélever des portions de branches basales capables d’émettre des racines, afin d’obtenir de nouveaux spécimens identiques à la plante mère. La ramification ne concerne que les plantes de moins d’un an et consiste à recouvrir de terre une branche attachée à la plante mère afin de favoriser l’émission de racines à proximité des nœuds.

Techniques de culture

La sarriette est cultivée dans les potagers et dans les jardins familiaux, en plein champ et en pot à l’extérieur. Les distances de plantation entre les rangs sont de 60 cm et sur le rang de 30 à 40 cm, avec une densité de 5-6 plants/m2. Le contrôle des mauvaises herbes dans les jardins potagers et dans les jardins familiaux se fait en réalisant un désherbage manuel, tandis que le désherbage entre les rangs est pratiqué sur les cultures en plein champ. La fertilisation est réalisée lors de la préparation du lit de semence par ajout de fumier mature, tandis que dans les années qui suivent la reprise végétative, un engrais ternaire à libération lente est administré. Bien que la sarriette des montagnes résiste à la sécheresse durant l’été, des irrigations sont réalisées pour augmenter la production de feuilles, permettant au sol de s’assécher entre une intervention et l’autre.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.